• Acteurs du Grand Paris

Interview de Olivier Gavalda, directeur général Crédit Agricole Île-de-France



Nombre de secteurs économiques implantés dans notre région ont été frappés de plein fouet par le ralentissement de l’activité lié à la Covid-19. Mais ne perdons pas espoir. Notre région peut compter sur des fondamentaux et atouts extrêmement solides pour repartir de l’avant et, grâce à la dynamique de la campagne de vaccination, « la reprise est là », selon Olivier Gavalda, directeur général Crédit Agricole Île-de-France, qui nous livre ici son regard sur la période écoulée à travers le prisme de la crise sanitaire…


Quels enseignements pouvons-nous tirer de cette crise ?


La confirmation de la puissance et de la pertinence de notre modèle 100 % humain/100 % digital. Maintenir une présence physique a rassuré nos clients et la complémentarité apportée par nos services digitaux a permis de maintenir un fort taux de réponse et de satisfaction. La crise sanitaire a accéléré la transformation digitale, la nôtre comme celle de nos clients, sans remettre en cause l’importance d’un réseau physique. C’est la confirmation des orientations prises par notre Caisse régionale.


Comment l’Île-de-France a-t-elle fait face ?


Certains secteurs comme le tourisme, l’hôtellerie ou encore la restauration ont été profondément touchés par la crise sanitaire. Ce sont des secteurs clés pour notre territoire et des indicateurs de sa bonne santé. Grâce aux Prêts garantis par l’État, mis en place par les pouvoirs publics, et à la mobilisation de nos équipes pour les distribuer, on a pu soutenir ces secteurs pour les aider à passer le cap.Par ailleurs, nous avons consacré une enveloppe de 20 millions d’euros pour soutenir les fonds propres des entreprises du secteur touristique.


L’année 2020 a-t-elle bousculé la mise en œuvre de votre stratégie à long terme ?


Bien au contraire, elle a confirmé la pertinence de nos objectifs et de nos chantiers autour de trois piliers : clients, humain, mutualiste et sociétal. Nous sommes intimement liés à l’avenir de notre territoire. Il y va de notre utilité et de notre responsabilité de mobiliser nos métiers et nos actions pour permettre un développement économique durable de l’Île-de-France. Cela est d’autant plus vrai en temps de crise où nous devons apporter des réponses rapides pour soutenir l’économie francilienne. Nous sommes une banque régionale qui vit par et pour son territoire. C’est un cercle vertueux qui nous unit tous dans un même objectif.


Quelles sont vos intentions vis-à-vis des questions de responsabilité ?


Nous avons des engagements forts en matière de responsabilité sociétale depuis des années. Pour passer à la vitesse supérieure, nous avons structuré ces engagements pour leur donner plus de force et établir une véritable feuille de route stratégique.

Désormais, notre politique RSE est pleinement intégrée à notre stratégie. Cela revient à se poser la question de ce qu’est un banquier responsable, de comment nos métiers peuvent avoir un impact positif dans les transformations sociétales de notre temps et dans la lutte contre le réchauffement climatique.